Deauville

Deauville doit sa réputation mondiale à sa station balnéaire mais aussi bien sûr au Festival du cinéma américain.

Les « planches » du bord de mer résonnent toujours de la romance de Claude Lelouch « Un homme et une femme », Palme d’or à Canne en 1966.

Combien de joies
Bien des drames
Et voilà !
C’est une longue histoire
Un homme
Une femme
Ont forgé la trame du hasard.

Comme nos voix
Nos cœurs y voient
Encore une fois
Comme une chance
Comme un espoir.

Comme nos voix
Nos cœurs en joie
On fait le choix
D’une romance
Qui passait là.

La promenade est en azobé, une essence d’Afrique tropicale, d’un brun soutenu. 450 cabines donnent sur les planches et la plage, chacune porte le nom d’une star américaine invitée au festival.

3 réflexions sur « Deauville »

  1. Les photos sont très graphiques. J’aime beaucoup les photos de parasols.

    J’aime

  2. Dicton havrais: « quand on voit Deauville c’est qu’il va pleuvoir; quand on ne voit pas Deauville, c’est qu il pleut ».
    On ne devait pas voir Le Havre ce jour là, mais de bien belles photos avec de magnifiques couleurs.
    (C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière! )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close